Avorter à l’étranger

La clinique d’avortement Bloemenhove se trouve aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas, l’avortement est autorisé jusqu’à 22 semaines de grossesse. C’est pourquoi nous recevons de nombreuses femmes venant de l’extérieur des Pays-Bas. Si vous venez de l’étranger, ce peut être une bonne idée de réserver un hôtel dans les environs pour une ou deux nuits. Ainsi, vous serez plus détendue avant l’intervention. D’ailleurs, la clinique est facilement accessible par les transports publics. L’aéroport de Schiphol se trouve également à proximité. Par la suite, nous vous recommandons de rester au calme. Si vous subissez un curetage aspiratif avec anesthésie ou un avortement au second trimestre, vous ne pouvez pas participer activement à la circulation dans les 24 heures suivant l’intervention. Sur le site Web de Bloemenhove, vous trouverez une liste d’auberges de jeunesse et d’hôtels, entre autres à Haarlem. Vous y trouverez également des itinéraires pour accéder à la clinique Bloemenhove si vous venez en bus, en train, en voiture ou en avion.

 

Si vous êtes tombée enceinte sans l’avoir désiré et si vous avez subi l’intervention, nous apprécierions que vous remplissiez le formulaire d’évaluation en ligne. Vous pouvez y faire part de vos suggestions et/ou réclamations concernant la clinique et l’intervention. Nous attachons beaucoup de valeur à votre opinion. Non seulement nous-mêmes, les collaboratrices de la clinique Bloemenhove mais aussi les jeunes filles et les femmes qui vont suivre le même parcours. Vos droits au respect de la vie privée sont totalement respectés. Si vous envoyez des informations, elles sont conservées sur un serveur sécurisé. Les données ne sont pas conservées plus longtemps que nécessaire. La combinaison de certaines informations sans concertation avec nos patientes est totalement exclue.

 

Y a-t-il un risque de complications ? C’est une question fréquemment posée. La réponse : ce risque est extrêmement faible. Par ailleurs, aucune intervention médicale n’est sans risque à 100%. Les situations suivantes peuvent survenir pendant ou après l’intervention : perte de sang excessive et endommagement de l’utérus. Dans ces cas rares (moins de 0,2 pour cent), la jeune fille ou la femme bénéficie d’un traitement complémentaire dans un hôpital général. Il peut également arriver que du tissu résiduel subsiste dans l’utérus. Selon les circonstances, nous optons pour des médicaments supplémentaires ou pour un curetage complémentaire. Un avortement n’a aucune influence sur d’éventuelles grosses ultérieures. Vous avez des questions ou vous voulez de plus amples informations ? N’hésitez pas à nous contacter.

https://www.avortementhollande.fr/
This entry was posted in .